Les élèves de Robert MASSON

naturopathie
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Protéines animales et réalités physiologique (suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mitch



Masculin Nombre de messages : 263
Date d'inscription : 01/06/2006

MessageSujet: Protéines animales et réalités physiologique (suite)   Lun 21 Aoû - 22:16

Voici la suite de l'article de Mr Robet MASSON:

10.NON « LES GRANDS SINGES » ORANGS-OUTANGS –GORILLES NE SONT PAS FRUGIVORES-VEGETALIENS.
-C’est un mensonge de certaines écoles de naturopathie.
-Dans la réalité les « grands singes » dont l’anatomo-physiologie digestive serait semblable à la nôtre se nourrissent :
-A 70-80% de végétaux : fruits, racines, céréales à l’état laiteux », oléagineux, « pousses vertes », bananes
-A 20-30% de protéines animales : œufs d’oiseaux, insectes vivants prélevés sous les écorces, oisillons au nid, petits mammifères attrapés à la course, fruits de mer lorsqu’ils sont au bord d’une « côte chaude » etc.
-On les voit d’ailleurs à la saison des pluies, tailler des tiges de bambous qu’ils « plantent » dans des termitières après les avoir humectées de salive. , Piégeant les termites qui adhèrent à la salive les grands singes se délectent de cette nourriture !

11.NON LES ANIMAUX DITS HERBIVORES NE SE NOURRISSENT PAS QUE DE VEGETAUX !
-En effet, ils ingèrent en broutant l’herbe, des quantités considérables d’insectes et d’œufs d’insectes.
-S’agit-il de quelque chose d’inutile pour eux ou est-ce une nourriture nécessaire ?
La réponse est claire : si l'on nourrit une jument gravide (portante) avec du foin dépoussiéré, elle met au monde un petit poulain atteint d’OSTEOMALACIE (os mous) et d’ATROPHIE DES PARATHYROÏDES, le petit poulain NE TIENT PAS SUR SES PATTES, il s’affaisse.
Pourquoi ?
Parce qu’en dépoussiérant le foin, on a enlevé LES INSECTES ET ŒUFS D’INSECTES nécessaires au bon déroulement de la gestation.

12.NON L’HUMAIN N’EST PAS COMPARABLE PHYSIOLOGIQUEMENT A L’ANIMAL DIT HERBIVORE OU VEGETALIEN.
-Par exemple, la VACHE a 4 estomacs, son PH ( 1er estomac) est de 6 à 7 et celui de l’homme est de 1,5 à 2.
-Sa digestion est due pour une bonne part à des bactéries et des protozoaires, son tube digestif est d’une cinquantaine de mètres, il contient autant de bactéries que 300 tubes digestifs humain.
-LE LAPIN, soumis à son alimentation naturelle ( herbes, racines et insectes se mouvant dans l’herbe) mange toute la journée.
-Si vous élevez un lapin autrement que dans un parc libre ou dans une cage où le lapin est sur des planches, si vous l’élevez avec du grillage en guise de plancher le LAPIN MEURT :
-Pourquoi ?
-Parce que ses crottes passent à travers le grillage et que le LAPIN NE PEUT VIVRE QU’EN MANGEANT SES CROTTES !
-En effet, le lapin mange toute la journée et il évacue la journée des CROTTES DURES qu’il délaisse mais il faut savoir qu’une partie des déchets de la digestion s’est accumulée dans le cæcum ( entre intestin et colon) et ces déchets ont subits toute la journée une transformation et une multiplication bactérienne et ce sont ces PAQUETS DE BACTERIES que le lapin élimine la nuit sous forme de CROTTES MOLLES QUE LE LAPIN REINGERE POUR RESTER EN VIE !


13.NON. LES PROTEINES ANIMALES NE PEUVENT PAS ACIDIFIER.
Pourquoi ?
A. Au niveau cellulaire, le métabolisme général et le catabolisme des protéines produit de l’urée (basque) approximativement 30 grammes par 24H, de l’ammoniaque (basique) et de l’acide urique (acide) moins de 2 grammes par 24H.
-Comment pourrait –il y avoir acidification ?

B.Au niveau du colon, nous avons vu (6) que le collagène, l’urée rejetée dans le colon, les cadavres microbiens, la sécrétion muco-protéique et les cellules desquamées sont transformées en acides aminés (perfringens) et que quantitativement 1/3 de ces amino-acides subissent la PUTREFACTION.
-Or la putréfaction des amino-acides, c’est deux processus :
•UN PROCESSUS DE DESAMINATION avec production d’acides gras RAPIDEMENT éliminés au niveau pulmonaire et d’ammoniaque (basique) LENTEMENT éliminée au niveau rénal.
- Donc impossibilité d’acidifier
•UN PROCESSUS DE DECARBOXYLATION avec production de gaz carbonique (acide) RAPIDEMENT éliminé au niveau pulmonaire et des bases aminées plus ou moins toxiques (basiques) LENTEMENT éliminés au niveau rénal.
-Là encore impossibilité d’acidifier.
-Rappelons que le PH stomacal est nécessairement variable pour assurer les besoins de la digestion, que le PH du sang 7,35 (sang artériel), 7,4 (sang veineux) est invariable ; un PH à 7 et moins c’est le coma , un PH à 7,70 c’est la crise de tétanie; si le PH du sang varie, vous le savez, le SAMU est là !
-Quant au PH cellulaire à 7,35 , il peut varier si le passage de l’oxygène à travers la membrane cellulaire est freiné par une sorte de « colmatage » par des éléments toxiques et toxiniques. Mais ce colmatage peut avoir de nombreuses origines.
-Ce colmatage ( e n général dû à la suralimentation, aux intoxications diverses ou à la fatigue chronique) va en freinant l’oxygénation de la cellule augmenter les glycolyses anaérobies productrices d’acides lactiques en quantité excessive. Cette acidification cellulaire va entraîner des altérations de l’ADN..

14. NON. LA PROGRESSION DE CONSOMMATION CARNEE N’EST PAS SUPERPOSABLE A LA PROGRESSION DES CANCERS.
Dans un pays lorsque le niveau de vie s’améliore, souvent les cancers en général augmentent considérablement.
Puisque la consommation de viande, poisson, œufs augmente aussi on a voulu voir là un élément de cause à effet.
C’est aller très vite dans l’interprétation et ne considérer qu’un élément du puzzle.
En effet si la consommation carnée augmente, il faut considérer l’ensemble des facteurs de cancérogenèse à savoir :
Lorsque le niveau de vie augmente :

→ est multiplié par dix ou cent :
la consommation d’alcool
la consommation de tabac et de drogues
les conserves
les médicaments

→ s’installent :
la pollution alimentaire :
pesticides, fongicides, parasiticides, raticides, noematicides, conservateurs, colorants, arômes artificiels etc.

- les carences en oligo-éléments et acides gras essentiels
une énorme surcharge alimentaire globale et calorique
les REMPS (rayonnement électromagnétique pulsé)
les multiples rayonnement médicaux
la course contre la montre et l’excès de stress consécutif
la sédentarité et la carence d’exercices physiques
les vaccins avant maturité du système immunitaire
la rupture de contact avec la nature
etc. etc.

-Enfin si on lit « les derniers rois de Thulé « de jean Maleaurie spécialiste des esquimaux, on lit que AVANT l’arrivée des « blancs civilisés », les esquimaux ignoraient le cancer, les maladies cardiovasculaires, les rhumatismes, les affections pulmonaires etc. et en 1951 les esquimaux pour beaucoup atteignaient 75 ans et plus et sont fort présentables.

15. NON L’ABSENCE DE PROTEINES ANIMALES N’ASSURE PAS LA PAIX DE L’ESPRIT

-Lors de la parution de mon 15ème livre « Diététique de l’expérience » certains directeurs de publication de journaux reçurent émanant de végétaliens convaincus des lettres s’attaquant non pas à mes conceptions nutritionnelles, ce qui est très respectable, mais à ma personne allant souvent jusqu’à ses termes : « IL FAUT L’EMPECHER DE S’EXPRIMER. » On est très loin du respect et de la tolérance des milieux où est conseillé l’omnivorisme bio, une telle agressivité s’explique par les carences et les frustrations contre nature que s’impose le véritable végétalien.
-Pour terminer, il est évident que nous sommes pour l’utilisation des protéines animales d’origine BIO ; La façon dont est conçu l’élevage aujourd’hui ; animaux élevés dans des espaces réduits, sans soleil, sans rapports sexuels (insémination artificielle) sans voir la nature, ni les saisons, sans l’amour de l’éleveur ( devenu une machine à calculer) hyper médicamenté ( antibiotiques, psychotropes, hormones etc.) est non seulement générateurs de souffrance animale mais est dégradant et indigne de l’homme.

Robert Masson
Ex-enseignant en faculté de médecine Paris XIII- Département Naturothérapie
Directeur du Centre Européen de Naturopathie Appliquée
Prix International de l’Académie de la Paix au Mérite des Médecines Naturelles
www.robertmasson.com
cena-robertmasson@wanadoo.fr
Revenir en haut Aller en bas
http://antoine.michiels.free.fr/
 
Protéines animales et réalités physiologique (suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Dossier sur les Protéines Végétales
» Quantité de protéines selon leur nature
» Minimum de protéines
» Manque de protéines? attention danger!
» protéines de soja structurées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les élèves de Robert MASSON :: Alimentation :: Nutrition-
Sauter vers: